j-30 avant mon 1er 10 km : "pourquoi courir?"

Publié le 28 Mars 2015

" Il n'y a pas de petites victoires, ni de petites courses, il n'y a que de grands Hommes qui donnent le meilleur d'eux-même ! "

#parolederunner Facebook

Cette semaine, je ne parlerai pas de la nouvelle polémique sur les taxes de la Fédé, ni de mon programme d'entrainement qui s'est quelque peu intensifié (d'ailleurs mes courbatures en attestent ^^) toujours une alternance de cardio pur pour perdre du poids, de renforcement musculaire complet et de course. Cet article sera surtout ...philosophique (contre toute attente vu ma piètre performance dans cette matière au cours de ma scolarité)

 

Le 15 mars cela a fait 1 an et 2 mois que mon nouveau ligament croisé a pris place dans mon genou. Je me rends compte que cela fait un mois que je ne pense plus à mon genou tous les jours. Comme si rien ne s'était passé. Plus de douleur (sauf quand vient la pluie comme les mamies ^^) bref je me suis engagé dans une préparation physique progressive mais sûre pour pouvoir profiter au mieux de mon nouveau genou; cela commence à payer. Finalement, une question me taraude : aurais je fait tous ces efforts si je ne m'étais pas blessée?

Auparavant, la notion de limite de mon corps était assez abstraite, seule la fatigue pouvait éventuellement m'arrêter mais je n'avais pas conscience que le sport doit être fait avec application. il faut être à l'écoute et surtout savoir s'arrêter et se mettre en pause quand il faut. Ne pas aller faire 2h de sport avec des méga contractures sous prétexte que ton boss t'as soulé toute la journée.

Finalement, sans ce passage par la case opération et rééducation, je n'aurais jamais pris conscience de mon besoin viscéral de faire du sport. Oui c'est toujours lorsqu'on n' a plus accès à quelque chose qu'on le regrette. J'aurais sans doute continué de courir mais maintenant je cours pour autre chose.

Ce qui m'a permis de me poser LA question: pourquoi je cours?

On se pose souvent la question et surtout les non runners se demandent souvent quel plaisir on peut ressentir à se faire subir tout ça.

Pour ma part, j'ai d'abord commencé à courir pour garder la forme, et me défouler. Surtout que ma vie personnelle n'était pas au top. Et la salle de sport quand il fait beau...pas top.

Maintenant la course a pris une autre "dimension" dans ma vie.  Quand j'étais en rééducation mon but ultime était de pouvoir recourir pour retrouver ma liberté, pouvoir courir derrière le bus ou quoi. C'est bète mais quand on ne peut plus le faire alors que c'est quelque chose que tout le monde peut faire et bien ça manque un peu. Puis j'ai couru pour refaire ma forme physique, et perdre le poids que j'avais pris, (associé à un rééquilibrage alimentaire bien sur) car en bonne gourmande une contrariété et hop chocolat, gâteau et ça pendant toute ma convalescence : ce fut une cata.

Reprendre ma vie comme si de rien n'était, comme si cela m'avait rendu plus forte, m'avait donné envie de me dépasser encore plus comme pour me dire que je n'ai pas traversé toutes ces heures de kiné pour rien, que finalement ça m'a servi. Ce fut un mal pour un bien.

Maintenant j'ai encore plus d'ambition, décuplée. Je veux me prouver à moi même qu'avec des efforts je peux tout faire. Et puis il y a l'esprit de compétition.

Après plusieurs années de moqueries et de réflexions en tout genre sur le fait que je ne saurai jamais rien faire de ma vie et que je suis nulle, trop grosse, trop imparfaite,  je veux prouver aux autres que finalement je ne suis pas si mal. Je ne suis pas la meilleure mais personne ne peut l'être indéfiniment. C'est comme une reconnaissance, ma fierté meme si ce n'est pas grand chose. C'est sûr je ne cours pas le marathon, ni Iron man, je ne fais pas d'ultra mais chaque pas est pour moi une renaissance.

Et quelle satisfaction à chaque fois qu'un objectif est atteint.

Je me suis même surprise l'autre jour à avoir le sourire aux lèvres juste parce que j'étais en train de courir sur un tapis dans une salle de sport. Voila c'est peut être ça le Vrai bonheur finalement;

se rendre compte que c'est déjà une chance d'être suffisamment en bonne santé pour pouvoir courir.

 

No Pain No Gain par LittleMarmotte

No Pain No Gain par LittleMarmotte

Rédigé par Little Marmotte186

Publié dans #A propos de moi, #Divers, #genou, #rééducation, #chocolat, #objectif, #citation, #réflexion, #satisfaction

Commenter cet article