Grand Prix du Cavigal : 1h15 de "balade" un dimanche matin dans les bois ?

Publié le 20 Octobre 2015

Tshirt et Médaille de la course Grand Prix du Cavigal Nice par LittleMarmotte

Tshirt et Médaille de la course Grand Prix du Cavigal Nice par LittleMarmotte

Suite à l'annulation de ma précédente course à cause des intempéries je me suis mise rapidement en quête d'une nouvelle épreuve pour ne pas m'être préparée pour "rien" et aussi effacer un peu la déception de ne pas avoir pu courir ce jour là. (même si vu ce qu'il s'est passé il aurait été difficile de profiter de la course). Finalement les organisateurs reverseront les frais d'inscription aux sinistrès ce qui permet sans le vouloir de faire une bonne action. 

Mon planning de fin d'année s'en trouvait quelque peu chamboulé. Mais je restais à l'affût de toutes les courses autour de 10 km entre ce début octobre et la fin de l'année. Avec un peu de chance je pourrais même en faire 2.

Après en avoir éliminé quelques unes, il y a une grosse semaine, je trouve LA course qui réunit presque tous mes critères. J'en avais vaguement entendu parlé. C'est décidé j'y vais. Je ne connais absolument pas le parcours, il risque de pleuvoir, peu importe je courrai ce jour là.

 

Voila comment sur presque un coup de tête et au dernier moment je me suis inscrite au Grand Prix du Cavigal de Nice, une course de 10 km avec très peu de participants, disputée dans le parc forestier du Mont Boron. Le décor me changera de l'habituelle ville ou Promenade. Il risque d'y avoir quelques côtes...ma foi ça ne m'effraie pas.

 

Les derniers jours je suis en mode " je regarde la météo 15 fois par jour pour voir ce qui m'attend dimanche" . Finalement je prends des affaires pour la pluie et le frais et on verra au dernier moment.  La pluie est tombée un peu avant le départ et surtout après l'arrivée. Quelle chance. Sinon cette course aurait été encore plus laborieuse qu'elle ne l'a été.

 

Après avoir attendu pas mal de temps avec Marmotte-Addict sur le lieu de départ car on a vu très très large pour arriver dans les temps, je récupère mon dossard avant de m'échauffer. "Génial le n°86 mon année de naissance, c'est un signe, cette course va trop bien se passer" Mouai, comme quoi parfois on se rattache à des trucs...comment dire ...juste pour se rassurer. Car ma principale préoccupation était de réussir à m'orienter dans cette course composée de 3 boucles repassant toutes par le départ  mais différentes entre elles. Du coup il y a interet à ce que ce soit bien fléché. 

 

Autre chose à laquelle je ne suis pas habituée mais qui me stresse moins vu le peu de participants : il n'y a pas de puce chronométrique donc seul le temps officiel sera pris en compte.

 

Je me place du coup pas trop loin dans la "masse" au moment du départ quitte à me faire doubler par la suite. Le départ est donné tout va bien pendant 2 km. Je calque mon rythme sur des personnes devant moi, je suis partie tranquillement puisque après quelques mêtres sur route on a attaqué le sentier qui est très peu large et ne permet pas de doubler. On repasse au presque au niveau du départ, pas mal de personnes encouragent. Et là le cauchemar commence. Je pense etre partie trop vite donc je ralentis mais en même temps on attaque une belle montée donc je me dis que c'est normal que ce soit difficile. Mais je vois mes points de repère s'éloigner peu à peu. Ma respiration est au max, je m'accroche à la vision du tshirt bleu du monsieur devant moi qui a quand même l'air de souffrir un peu aussi. On monte toujours et je n'entends plus personne derrière moi. Je continue à me motiver, à me dire qu'il y aura forcément un moment meilleur. On monte encore mais le sentier bien lisse se transforme en chemin parsemé de cailloux. Je me dis que ça ne sera que quelques mêtres, je garde un petit rythme de course car j'ai peur de ne pas repartir si je marche. Je ralentis par peur de me faire une cheville car avec la pluie les pierres sont glissantes et je n'étais pas équipée trail. Ni entrainée pour d'ailleurs. En fait je n'ai pas payé pour ça mais bon... je continue de croire que cela va s'arreter. Bon toujours de la montée mais retour sur du sentier je me remets à courir. Les organisateurs nous encouragent et m'annoncent que je suis 136eme....mouai en même temps je pense que le chrono ne sera pas pour cette fois ci.

Quelques mètres plus loin ...un escalier!!! Non mais là je ne peux plus achevez moi !!!!! On est vers le 3-4eme km je vais mourir mdr. J'essaie de courir un peu au début et très vite j'aperçois au loin mes points de repère (haaa je ne suis pas si larguée !!) qui marchent pour la plupart. J'entends quelqu'un derrière moi (ha je n'étais pas dernière !!). Un "vieux" monsieur monte, lui, l'escalier "à la cool " pas éssouflé me lançant "c'est dur hein?!". {Oui ba pas pour tout le monde à priori } Arrivée enfin en haut de l'escalier, oui il y a une belle vue mais j'avoue ne pas l'avoir beaucoup savourée tellement j'étais dans le gaz. Je soufflais comme si j'avais piqué un 100 m en restant en apnée mais ça va je vais survivre ce n'est que 10 km après tout. On commence à redescendre chouette. J'ai laché depuis longtemps le chrono et le classement. Il faut juste finir.

En réalité, il n'y a que très peu de plat dans cette course. C'est ce qui la rend horrible, aucun moment de repos car les descentes sont glissantes ou encombrées. Et puis sans jus dans les jambes...et bientot sans motivation...tout parait beaucoup plus compliqué.

 

Je repasse enfin devant le départ ce qui signifie que j'ai fini la 1ere boucle. Le fait d'entendre les encouragements des gens, de voir mon chéri, de boire un verre d'eau et d'entendre le speaker dire en gros que "je représente le sport combatif" tout cela m'a reboosté. Et j'en avais bien besoin. Va falloir tout donner, aller chercher des ressources profondes mais quoi qu'il arrive même en marchant je finirai cette foutue course !!!!!

J'en suis en gros au 5eme kilomètre. Une longue descente me permet de rattraper un peu du monde mais le problème est que derrière il y a une grosse montée. Jamais ça ne finira. Arrive la séquence "je fais en plus une course d'orientation sans boussole sans carte sans savoir où aller et sans personne pour guider parce que sinon c'est moins drôle" A l'entrée d'un sentier recouvert de morceaux de bois, brindilles et autres, un sous bois en pente on va dire, deux bénévoles font signe qu'il faut entrer ici et suivre . On suit on suit. J'ai retrouvé au loin un monsieur qui me sert de repère visuel pour ne pas me perdre. Je me demande comment il sait où aller mais bon je suis trop fatiguée pour gaspiller de l'énergie à réflechir. Et au bout d'un moment je le vois revenir en arrière et me rejoindre. " Vous savez où il faut passer ????" Moi : "euh non je vous suis depuis tout à l'heure en fait" "Ha ce n'était pas forcément une bonne idée" Moi "oh de toute façon je ne suis pas bonne en orientation".

Au feeling on continue en prenant à chaque fois le chemin paraissant le plus praticable. Je ne peux plus courir du coup après avoir essayé de lutter un moment pour ne pas perdre mon ouvreur je le laisse filer, me retrouvant toute seule dans ce parcours sans flèche avançant à l'aveugle. Je continue en commençant à me dire qu'heureusement qu'il fait jour, et que si je ne me dépèche pas à force je risque d'etre déclarée hors délai même si j'ai de la marge. Je marche mais un peu plus vite. Je ne peux pas courir comme je ne sais pas où aller.

J'ai compris ce que resentent les ultra traileurs qui passent des heures seuls au milieu de nulle part dans la nuit. Se retrouver en train de faire une course mais sans aucun bruit, personne devant, personne derrière, c'est très spécial même en plein jour. J'ai commencé à me dire, toi qui veut tenter des marathons ou des trails tu dois t'habituer mentalement à ce genre de situations où il faut rester motivé, ne pas penser à la fatigue, juste continuer. Vu que les 3 premiers m'ont doublé depuis longtemps ils doivent être arrivés. Peu importe.

 

Vais je reussir à sortir de la forêt sans me faire attaquer par un zombie affamé?.....SUSPENSE

.

.

.

.

La suite au prochain épisode.

.

.

.

ha bon vous voulez la suite ça va ça va (en même temps je tape mon résumé de course donc je suis forcément sortie de la forêt à un moment donné ^^)

.

.

 

Et là miracle une flèche, je suis sur le bon chemin. Un peu plus loin un ruban et j'aperçois la sortie. Je ne sais plus combien il me reste à courir je suis complètement perdue. Je repars et j'entends bientot au loin le speaker. A je vois des gens je vais y arriver. J'espère que ce n'est pas un mirage...à non je n'étais pas dans le désert juste dans les bois  ^^ Passage sous l'arche de départ, de l'EAUUUUUUUUUUUUUUUUU et là gros craquage j'ai cru que j'avais fini alors que je savais que l'arrivée n'était pas ici. Fallait- il continuer un peu sur le coté? Je ne sais pas. Je suis complètement dans le gaz. Personne ne dit rien.  Et je demande on me dit que j'ai encore une boucle à faire soit environ 2 km. Je rassemble mes dernières forces et repars. Il n'y a plus personne pour indiquer le chemin, je suis les vagues fléches pas forcément compréhensibles . Je croise un bénévole qui me dit un chemin et plus loin on me dit non vous vous êtes rallongé. Comme ci j'avais l'air fraiche en plus. Bon je vois les autres retourner à leurs voitures alors que moi je galère encore dans la montée j'altèrne marche et course. 500 m c'est court oui mais en montée pfffff c'est mon Everest du jour. Je continue et j'aperçois enfin mon chéri au loin ça y est je vais enfin en finir avec cette course (mais quelle idée jai eu de m'inscrire sans regarder le parcours lol). ENFIN je finis!!!!1h17 mais je concidère que j'ai fait 1h15 entre tous les moments où j'ai du demander mon chemin. De plus avec 313m de D+ et la théorie selon laquelle 100 m de dénivelé équivalent à 1 km sur le plat, j'ai fait une course de 13km dans l'idée. Ce n'est pas si mal.

 

JE VEUX MA MEDAAAAAAAAIIIIIIIIILLLLLLLLLE!!!!! Ma médaille d'or :) en attendant d'autres courses difficiles.

 

En bref une course dans un cadre sympa à faire avec un peu plus de préparation mais une organisation très approximative !!!!

 

Je suis devenu une "héroine" comme si j'avais couru un marathon ce qui fait très plaisir même si ce n'est absolument pas comparable mais cette course m'a confirmé que j'avais beaucoup de ressources cachées en moi et surtout un mental pret à affronter les défis les plus fous.

 

Oui je finis dernière, c'est vexant, surtout derrière des V4 mais comme dit Pierre "l'important est de participer". Je l'ai fini, dans un état très moyen je l'avoue mais le lendemain, courbaturée au possible, je me réinscrivai déjà à une nouvelle course car malgrè tout j'adore ça. En plus plusieurs habitués de cette course se sont accordés à dire qu'elle était rude. Donc je m'en suis bien sortie.

 

Un énorme merci à tous ceux qui m'ont félicité "pour si peu" je suis très touchée. Qu'est ce que ce sera le jour où je finirai un ultra ^^

Merci aux quelques personnes qui m'ont encouragé sur le parcours.

Un coucou à Florence, future partenaire de combat ;)

Un énormissime bisou à mon chéri qui juste par sa présence m'a redonné des forces alors que je galérais.

 

Je m'arrête là car ça fait un peu cérémonie des Oscars :D

 

A bientot pour de nouvelles aventures

 

Rédigé par Little Marmotte186

Publié dans #finisher, #10k, #médaille, #satisfaction

Commenter cet article