Courir pour une Fleur 2016 : une très bonne surprise

Publié le 6 Octobre 2016

Tshirt de la course by LittleMarmotte

Tshirt de la course by LittleMarmotte

Après ma dernière course j'avoue que j'étais un peu déçue d'avoir fini dernière même si je n'avais quasiment pas couru de l'été à cause de la chaleur. Si beaucoup m'ont dit que l’important était d'avoir fini j'étais quand même un peu dégoutée. Du coup je m'étais promis de m'entrainer très sérieusement pour ma prochaine course car je refusais de revivre cela.

Puis il y a eu les menaces d'annulation sur plusieurs courses de la région qui m'ont un peu (même beaucoup) soulé. Je n'avais plus trop envie de courir. J'avais du mal à m'y remettre sérieusement. J'ai attendu vraiment le dernier moment pour m'inscrire à cette course de peur qu'il arrive quelque chose, d'autant qu'elle avait déjà été annulée l’an dernier à cause des inondations. Mi septembre je dois aller voir mon ostéo car une douleur au mollet s'est réveillée (toujours les conséquences de mon genou opéré). J'ai sans doute repris trop vite après ma pause estivale ou trop d'un coup car voulant bien faire je fais beaucoup de ppg en complément de la course. Je pense que mon corps s'est senti agressé.

Du coup re 15 jours sans course ni autre sport. Il me restera 15 jours avant la course je pourrai difficilement prétendre à quelque chose de bien.

Histoire de parachever tout ça je suis malade en plus. Merci le changement de saison.

Je pars donc dans l’idée de juste finir sans être trop entamé, en mode entrainement pour mon objectif de course du 23 octobre.

Je fais 2 séances courses par semaine, maxi 35 min de course d'affilée avec quelques accélérations histoire de booster un peu le coeur.

 

La veille, je récupère le dossard et il fait aussi gris que l'an dernier mais apparemment il fera beau le lendemain pour la course. Espérons,...

Mon kiné sadique qui m'a supporté pendant ma rééducation (ou que j'ai supporté je ne sais pas vraiment :D ) et mon ostéo font partie du staff présent sur la course donc je suis obligé de faire un minimum bonne figure quand même.

 

J’espère qu’il fera beau juste pour pouvoir profiter de la beauté de ce parcours dans le cap d’Antibes même si je sais que ce parcours est aussi très difficile.

 

Le jour J arrive.

A l'échauffement petite gène au mollet j'espère que ça partira en courant (et finalement une fois le départ donné aucun problème)

Départ lancé à 10h environ après un clapping quelque peu approximatif. On part en même temps que le semi mais eux font 2 fois le parcours et ont une petite rallonge pour arriver à 21.1 km. Il y a a priori un peu moins de participants que d'habitude. (effet attentat ou annulations en chaine???)

Je pars tranquillement, mon idée étant de ma caler sur un 8 km/h mon endurance de base et peut être si je me sens bien d’accélérer un peu plus tard après avoir géré les 2 grosses montées du parcours.

Je cours tranquille et je m'apercois en regardant ma montre que je suis à une allure de 6min 30 au kilomètre sans être vraiment essouflé. Je me dis " bon tant que tu te sens bien pourquoi pas essayer de maintenir sans passer au dessus des 7min30 tant que c'est plat et on s'adaptera au moment de la montée".

Je me sens bien, je profite des magnifiques paysages. Il fait beau, et même trop chaud. Tout est nickel, je me demande juste comment je vais gérer la suite.

 

On passe le 2eme km et arrive la première véritable difficulté. Je me dis "tu ralentis et tu essayes de courir au max de la montée traquillement mais tu essayes de ne pas marcher ou sauf si vraiment tu n'en peux plus."

 

Bizarrement je monte sans problème, même je double des gens ... Incroyable, je me voyais déjà en train de marcher à la moitié de la montée et rien du tout. Je ne sais pas ce qu'il se passe mais bon je vois le sommet de la côte et me dis que je pourrais recupérer tranquillement après.

 

Cest cool je n'ai pas trop ralenti. Je suis trés surprise de mon état de forme surtout avec une telle préparation.

 

Après cette première grosse montée donc, il y a un ravito (j'évite les stands epongeage qui obligent à faire du slalom) où je bois un 1/2 gobelet d'eau et prends le reste pour m'arroser car il fait bien chaud. (pourquoi je n'ai pas pris ma visière grrr)

 

On continue avec quelques montées et de belles descentes où j'en profite pour faire de la récup active et réaccélérer après avoir quelque peu ralenti dans les montées. Je double pas mal de gens, je suis bien. Toujours cette superbe vue sur la mer. Je ne m'arrête pas sauf pour le 2ème ravito autour du 5ème kilomètre où je marche juste le temps de boire comme d'habitude (oui je ne sais pas boire en courant sans m'en mettre partout donc j'évite)

Je m'accroche. Cela faisait un moment que je n'avais pas fait une course sans me demander ce que je faisais là et sans me sentir ridicule.

C'est décidé, aujourd'hui je fais tout pour ne pas marcher.

J'arrive toujours à maintenir un bon rythme autour des 6min30 malgrè les changements de vitesse.

 

8 ème kilomètre, dernière grosse montée du parcours

 

Le début de cette montée se passe assez bien même si je commence à ressentir la fatigue. A mi montée je pensais qu'elle était finie car il y a un palier et un ravito. Comme les autres étaient placés en fin de montée c'était logique. Là un monsieur nous dit qu'en réalité elle continue encore un peu. Du coup je décide de marcher un peu plus que pour les autres ravitaillements car je suis un peu dans le dur mais je repars assez rapidement pour la descente finale. Je regarde ma montre et vois que je ne suis pas mal du tout niveau temps, mieux que je ne l'aurais imaginé. Dans tous les cas cette course est déjà réussie.

Une longue ligne droite pour finir et paf 1h06, à 3 min de mon RP sur plat sur ce parcours difficile, c'est trop cool. Je suis ravie.

 

Je recupère ma fleur de finisher (d'où le nom de la course) ainsi que mon ravitaillement d'après course avant d'être félicitée par mon chéri. Super course, super parcours, organisation au top que demander de plus...(le renouvellement des tshirts peut être ...si il faut vraiment dire quelque chose)

 

Ainsi je suis reboostée pour battre mon 1h03 sur 10 km à la fin du mois lors des Foulées de Mandelieu.

 

En attendant, je profite de la présence de mon kiné pour faire des étirements complets et de celle de mon ostéo (grâce à qui je n'ai pas eu mal au mollet ^^) pour essayer une super machine de drainage qui fait compression et froid en même temps : le top de la récupération.

 

J'ai quand même eu quelques légères courbatures aux cuisses qui, je pense, ont moyennement bien apprécié mes descentes à fond, mais bon un peu renforcement musculaire et hop ni vu ni connu ;) la prochaine fois ça ira mieux.

 

 

 

 

 

Rédigé par Little Marmotte186

Publié dans #finisher, #satisfaction

Commenter cet article

iliasse 10/10/2016 13:10

Bravo pour ta performance ;) Et merci pour ce récit #NeverStopRunning

Little Marmotte186 11/10/2016 20:57

merci :)